Project Cars 2 : La suite de ma carrière virtuelle

C’est parti pour la suite de mon futur avènement. Sur ma route pour le sacre suprême, je passe à la catégorie supérieure en m’inscrivant dans le championnat du monde de Kart.

World Kart Championship

Manche 1 : Angleterre

Je démarre en première position sur la grille de départ d’une course de 9 tours sur un tracé au coeur d’une vallée boisée anglaise. Le décor est assez bucolique mais manque cruellement d’animation. Je trouve qu’il manque un peu de spectateurs en délire ou d’animations du genre avion qui passe, oiseaux etc … Pour le moment c’est un peu vide et triste mais ce n’est peut être pas l’objectif premier du titre.

Pour en revenir à la course, je domine la course de bout en bout mais les concurrents ne m’ont pas laissé une seconde de répit. Des adversaires rapides vous met dans un léger état de stress car la moindre erreur se paie cash mais lorsque vous obtenez la victoire, vous ressentez une sensation de fierté très agréable pour l’estime de soi ^^.

Project CARS 2_20170926151238

J’ai profité de cette course pour essayer le mode rediffusion. La vidéo n’est pas très fluide, pas très beau, pas très dynamique et ça pixellise à mort. On enchaîne les plans fixes et éloignés. On a la possibilité de switcher sur les vues pare choc, casque etc … mais on est à des années lumières des replays de Gran Turismo. Vous allez me dire que ce mode ne sert à rien et dans la théorie, je serais d’accord avec vous. Mais dans les jeux de course, j’aime regarder les vidéos d’une course où j’ai été bon avec de beaux dépassements, de belles trajectoires etc … Et puis avec la fonction share, nous avons la possibilité d’envoyer nos exploits sur nos réseaux sociaux et là j’ai honte de pouvoir partager les replays de ce Project Cars 2 …

Manche 2 et 3 : Abu Dhabi et Etats Unis

De retour sur ce circuit qui m’a causé tant de souffrance lors de ma première course. Je commence à la sixième position sur la grille de départ. Je réussi à me positionner en troisième place à la sortie du premier virage mais, à ce moment précis, gagner cette course me paraît impossible. Toutefois, au fil des virages, je prends confiance et je comprends vite que je suis plus rapide que les deux concurrents qui me précède.

A la fin du deuxième tour, je réussi à prendre la tête de la course pour ne plus la quitter.

Deux victoires en deux courses, ce championnat commence sous les meilleures auspices !

La troisième manche de ce championnat se déroule aux Etats Unis sur une version légèrement rallongée du circuit déjà parcouru lors du précédent championnat. Le rajout consiste deux virages serrés en plus et une chicane très rapide. Cette version plus technique me laisse toujours la même impression d’être à l’aise sur cette piste.

Ma troisième place sur la grille n’est pas un problème pour moi puisque je réussi très vite à me débarrasser des deux belligérants en leur faisant l’intérieur au premier virage. Mes adversaires ne me reverront plus.

Je termine la course premier avec plusieurs secondes d’avance sur la meute.

Manche 4 : Irlande

Ce tracé Irlandais est tout nouveau et je dirais vraiment fun car très roulant mais aussi très technique avec des virages bien piégeux et des épingles étonnement rapides.

Je commence septième et première chose que je remarque : j’ai des pneus pluie !!! Après plusieurs tentatives infructueuses  de dépassement de mes concurrents par l’intérieur du premier virage, je me décide d’essayer de passer par l’extérieur et c’est clairement une bonne idée puisque je me retrouve deuxième au milieu du premier virage et avec une vitesse bien plus élevée que mon adversaire que je dépasse à l’attaque du second virage en lui faisant l’intérieur. MAGISTRAL !!! (Oui j’aime bien me jeter des fleurs parfois juste pour l’égo ^^).

Je me retrouve très vite avec une confortable avance sur le premier poursuivant mais au troisième tour, la pluie commence à faire son apparition. Tout d’abord, par petites gouttes et deux tours plus tard, une vraie petite averse.

La sensation de pilotage difficile liées à ces conditions climatiques est plutôt bien retranscrite. Il vous faudra bien doser l’accélérateur et surtout l’utiliser lorsque votre kart est en sortie de virage pour éviter tout tête à queue malheureux. Il bien falloir doser le freinage et ne pas freiner trop tard sinon c’est la sortie de piste assurée mais freiner avant de commencer à tourner et laisser le frein moteur faire le reste (je crois que j’en ai perdu quelques uns ^^). Il est extrêmement important de ne pas entrer dans le virage en survitesse. Il vaut clairement mieux être plus lent mais assurer un bon point de corde et une bonne réaccélération en sortie de courbe. C’est la base du pilotage mais dans un jeu vidéo, on a tendance à vite l’oublier.

MPOODC1G7R6AAADVA

Visuellement l’effet de pluie n’est pas terrible. C’est simple au début, on voit quelques gouttes sur l’écran puis plus rien. On ne voit même pas la pluie tombée. Par contre, l’effet de particules s’échappant de l’arrière de votre kart est assez réussi et s’épaissit en fonction de l’intensité de la pluie.

Avec l’avance accumulée, j’ai pu géré sereinement les deux tours restants. Une quatrième victoire dans mon escarcelle. Le titre de champion du monde me tend les bras ^^

Manche 5 et 6 : Ecosse et France

Comme pour le circuit Américain, ce tracé est une version rallongée de la piste sur laquelle j’ai couru lors de ma première saison.

Je commence en deuxième position sur la grille de départ et prends la tête de la course dès le premier virage. Je reste à cette place grâce à la technique du blocage d’adversaire car je ,e suis pas à l’aise sur cette piste très technique et avec peu d’espace pour dépasser (ce qui m’arrange bien pour être honnête ^^).

Toutefois, à l’abord du dernier tour, je fais une erreur de trajectoire et me retrouve dans le bas côté. Je retrouve en seconde place. Je tente une attaque suicide dans le dernier virage et j’ai bien fait puisque je récupère mon bien.

Une victoire compliquée mais qui me rapproche de mon titre de champion.

La sixième et dernière course du championnat se déroule encore une fois en France sur le circuit du Mans (version Kart évidemment). Comme lors de ma précédente saison, je n’ai pas connu de difficulté.

Je deviens fièrement champion du monde haut la main.

Project CARS 2_20170928105444

Un choix probablement décisif

A la fin de la saison, on me propose de faire un choix parmi quatre championnats différents : Formule C, SC Lites (aucune idée du type de course), Ginetta GT5 et Clio Cup. UK

Ce choix vous ouvrira la porte de nouveaux championnats mais par la même occasion, vous fermera beaucoup d’autres. Ce choix est donc décisif.

Mon envie m’envoie vers la Clio Cup UK.

Dès la signature de mon nouveau contrat, mon agent m’annonce que mon titre de champion du monde me permet de participer à 3 nouvelles compétittions sur invitation : Vintage Lotus Trophy, CXC 936 Masters Trophy, Trophée US Track Day et Cadwell Mono Challenge Cup.

Epreuves sur invitation

Cadwell Mono Challenge Cup

Avant de commencer un nouveau championnat, j’ai envie de me faire une épreuve d’invitation et je choisis la Cadwell Mono Challence Cup.

MPYCFVGME07AAADVA

Dans cette épreuve, je me retrouve au volant d’une Bac Mono sur le Cadwell Park GP contre 9 autres adversaires équipés du même bolide. La différence va uniquement se faire sur le talent et ça je n’en manque absolument pas ^^.

Je démarre en sixième position sur la grille ce qui promet un départ très mouvementé. Ce ne manque pas, ça se touche à tous les niveaux et mon but a été d’esquiver toute cette bagarre. Je m’en tire tant bien que mal et l’étroitesse de la piste n’aide vraiment pas. A la fin d’une ligne droite avec un gros freinage, je dépasse le dernier concurrent devant moi. Je me retrouve seul en tête mais ce n’est clairement un gage de réussite puisque durant toute la course (soit 7 tours de plusieurs kilomètres), j’avais l’impression de piloter sur des oeufs. Une sensation extrêmement désagréable. Il m’a fallu apprendre à gérer l’accélérateur et le freinage encore plus finement qu’avec le kart. Ce n’est clairement pas facile lorsque Sony a décidé de ne pas mettre les gâchettes graduelles sur sa DualShock 4 …

Visuellement, j’ai vraiment aimé les effets de lumière très chaleureux du couché de soleil même si pour le pilotage s’en ressent puisque selon les virage les rayons du soleil vous empêchera de bien voir le point de corde ou de freinage. J’ai aussi vraiment apprécié d’avoir l’impression d’être sur un circuit dans un vrai décor. Les bas côtés contiennent de nombreux éléments en 3D. C’est le genre de détails qui renforcent l’immersion. Il y a de nombreux jeux de courses qui devraient en tirer quelques leçons.

Je remporte cette épreuve

Trophée US Track Day

Cette invitation me met au volant d’un prototype Aston Martin sur une version raccourcie du circuit F1 des Amériques au Texas. J’ai longtemps hésité avant d’accepter cette invitation puisque je passe d’une catégorie Karting à un prototype très puissant. Au vu du pilotage de la Bac Mono, j »étais un peu inquiet quand à la gestion d’une telle puissance.

Ma course débute à la sixième position. Le départ ne me rassure pas car le passage de toute la puissance au sol fait patiner mes pneus au point de faire sacrément dévier mon bolide sur la droite. En relâchant légèrement l’accélérateur, j’arrive à remettre la voiture sur de bons rails.

MPSL2HNSE07AAAJVA

A ma grande surprise le pilotage est très agréable et très facile. La voiture freine bien, tourne sans chasser de l’arrière comme lors de ma précédente course sur invitation ou même de kart.

Visuellement, c’est un peu la misère. Le circuit est assez connu puisqu’il fait parti chaque année du Formula One Circus. Si je compare la modélisation Project Cars 2 à celui de MotoGP 17, ce dernier est laaaargement au dessus avec de nombreux détails en plus. Je vais mettre ce déficit visuel sur le fait que la course se déroulait le matin par temps légèrement brumeux. Il mériterait de revenir dessus avec des conditions climatiques plus favorable.

Au niveau de ma course, je gagne trois places. Comme je suis sorti beaucoup mieux du virage que le deuxième, je profite de ma meilleure vitesse de pointe pour le dépasser dans la ligne droite. Je prend la première place en faisant l’intérieur sur le meneur de la course.

Je garde ma première place jusqu’à la fin. Cependant, je souhaite attirer l’attention sur l’intelligence artificielle encore une fois. En effet, mes performances sur cette course ont fait que j’ai dû dépasser les retardataires. Franchement; le résultat est sans appel. Ils ne vous calculent absolument pas au point que je me suis demandé où étaient les commissaires de piste et leur drapeaux bleus …

Ca la fout un peu mal pour une simulation ce genre de comportement.

CXC Simulations 936 Masters Trophy

Cette invitation m’envoie au volant d’une Porsche 936 sur le tracé de Sonocoma aux Etats Unis.

Le circuit en lui même est assez fun à rouler avec des enchaînement de virages rapides et des virages en aveugle. Toutefois, il se situe dans une zone désertique qui le rend assez vide. Alors il y a bien 2 ou 3 tribunes remplies de spectateurs mais ils sont très calmes. Où sont les fumigènes, les drapeaux de chaque écurie ou encore les hurlements frénétiques des demoiselles folles de mon corps de pilote musclé ? ^^

Sur cette course,pas de grille de départ puisqu’il s’agit d’un départ lancé. Je suis en 6e position et je dois effectuer un tour de formation manuellement. Dans ce tour, je dois rester à ma place et ne pas toucher les autres concurrents sous peine d’une pénalité de 5 secondes. Il vous faut rester assez proche de votre plus proche adversaire mais ne pas le dépasser avant la ligne de départ où vous serez sanctionné d’un Drive Through (passage par la voie des stands).

Une fois la course lancée, je prends de suite la 5e place mais je me retrouve bloqué par le 3e et 4e qui se bagarrent et prennent toute la largeur de la piste. J’attends patiemment derrière en restant à l’affût de la moindre ouverture. Celle-ci arrive deux virages plus tard suite à une petite ligne droite et un virage lent. Je profite de ce gros freinage pour faire l’intérieur sur les 2 concurrents.

Après cette action de grande classe, je m’aperçois que le leader a profité de mon blocage pour faire le trou. J’enclenche le turbo pour tenter de le rattraper. Je réussi l’exploit à la fin du deuxième tour où je le dépasse en lui faisant aussi l’intérieur sur la dernière épingle du circuit.

La victoire ne m’échappera pas

Le pilotage de cette Porsche historique est très agréable à partir du moment où gère doucement l’accélérateur. La voiture reste collée à la route dans les virages. Et comme il s’agit d’une voiture ancienne, il n’y a pas d’ABS ni aucune autre aide électronique. Il vous faudra donc faire preuve de doigter (non non pas ce que vous pensez ^^) à tous les niveaux de conduite pour ne pas finir dans le mur.

Défi Britannique Lightweight Track

Je me retrouve sur le circuit de Snetterton en Angleterre et on me propose un choix entre le KTM Xbow R et la Caterham Seven 6. Comme la course va se dérouler sous la pluie, je fais un choix logique et à priori intelligent en prenant la KTM moins puissante et plus lourde (idéal pour la pluie en théorie).

 

Malheureusement, ce choix ne m’a pas apporté l’assurance d’une course sans problème. L’accélération est extrêmement compliquée puisque la voiture ne reste jamais en ligne droite. Etonnement le freinage ne posait aucun problème. Dans la ligne droite, j’étais dans l’impossibilité de pouvoir accélérer et quand j’arrive enfin à rester droit, il y a de grosses flaques d’eau provoquant un aquaplanning ainsi que le déséquilibrage du châssis. Et un petit tour dans le bas côté …

Après de nombreux énervements, limite pétage de plomb, des jets de manette dans le canapé, je décide de changer de voiture en prenant la Caterham. Le résultat est un peu meilleur mais ca glisse toujours beaucoup (limite du verglas). Oui mes pneus sont des pneus tout terrains (pas de pneus pluie).

En partant en milieu de peloton, j’ai non seulement dû batailler avec mon bolide mais aussi avec les autres concurrents et les éléments climatiques (projection d’eau notamment). Après de multiples tentatives, je fini par remporter cette course en enfer.

Les éclairages, les effets de particules d’eau, l’apparition des flaques d’eau, tous ces détails sont impressionnants et renforcent l’immersion dans la course mais le détail qui m’a le plus impressionné c’est l’éclairage et le reflet de celui-ci sur la piste. Pour vous donner un ordre d’idée, en vue intérieure, vous avez en plus de l’eau qui gicle sur la visière de votre casque et de l’intelligence artificielle défaillante, de votre pilotage compliqué, vous devez appréhender le reflet du soleil sur la piste détrempée. Tous ces paramètres à gérer simultanément pendant 6 interminables tours m’a complètement épuisé.

Maintenant, je comprend comment une victoire obtenue de haute lutte aide à la récupération physique et psychologique ^^

Un bilan après cette nouvelle session

Je commence à trouver de bonnes sensations même si ce n’est pas encore parfait. Pour le moment, la qualité visuelle est plutôt mitigée. Certains circuits sont très beaux et d’autres sont plutôt moches et scintillant.

Par contre, et je l’ai souligné dans le précédent bilan, le jeu est plein de bugs en tout genre. Parmi ceux que j’ai rencontré :

  • Un placement sur la grille un peu aléatoire. Sur une course, je me suis retrouvé collé au concurrent devant moi alors que la course n’avait pas encore commencée
  • Un affichage de la trajectoire idéale qui parfois disparaît sans aucune raison. Et si on relance la course, la trajectoire est présente mais a disparu à un autre endroit.
  • Un système de pénalité parfois incompréhensible. Je me suis des pénalités de 30 secondes alors que je n’avais touché personne ni coupé aucun virage
  • Les cônes qui restent en l’air tout au long de la course pour le moment toujours sur la course en Ecosse

Pour moi ça sent clairement une sortie anticipée pour éviter d’être en frontal avec Gran Turismo sur PS4 mais aussi Forza 7 sur Xbox One. C’est un jeu qui manque d’un coup de polish, de test et de correction.

Pour le moment, je ne conseille toujours pas Project Cars 2 aux joueurs occasionnels. Il est clairement destiné à tout le monde mais plutôt aux joueurs vraiment spécialistes des jeux de course.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s