Final Fantasy XV : Des nouveautés, des défauts … Vivement FFXVI !

final-fantasy-xv-jaquette-reversible-image-1_03c204b000842354

 

Histoire

Le développement de ce Final Fantasy XV peut clairement être considéré comme chaotique puisqu’à la base le jeu était censé faire parti de l’univers Fabula Nova Crystalis de l’épisode XIII. D’ailleurs, à cette époque, le directeur du jeu était Tetsuya Nomura, designer sur de nombreuses licences Square comme Kingdom Hearts, Parasite Eve ou encore sur l’incroyable Final Fantasy VII.

Malheureusement pour lui et heureusement pour les joueurs, il est débarqué et le poste est attribué à Hajime Tabata qui décide de tout reprendre à zéro et donne une orientation plus adulte à ce volet.

Vous incarnez Noctis, prince du Lucis qui est un des trois continents (avec Accordo et Niflheim) du monde d’EOS et pour sa protection, il peut compter sur le pouvoir d’un cristal. Le monde d’EOS n’est pas parfait et des conflits apparaissent avec la nation de Tenebrae sur le continent de Niflheim. Contrairement au Lucis et sa nature, Tenebrae est une nation basée sur la technologie. Pour sauver le Lucis le Roi décide d’envoyer son fils en compagnie de 3 de ses compagnons à l’extérieur de la ville. C’est ici que commence votre périple.

Toutefois, je (c’est vraiment un avis très personnel) vous conseille de regarder les épisodes dessins animés et le film avant de débuter le jeu. Je vais d’ailleurs en profiter pour vous donner mon petit (vraiment petit ^^) avis dessus

Brotherhood : Final Fantasy XV

Série animée de 6 épisodes mettant en avant la relation des différents compagnons avec Noctis. Je trouve l’anime vraiment pas mal techniquement avec des animations très au dessus de la moyenne et une finesse de dessins très agréable.

Scénaristiquement, cette série n’est pas indispensable mais elle permet de connaître un peu mieux les compagnons, leur but, leur doute, leurs envies. J’ai particulièrement apprécié l’épisode avec Prompto.

Kingsglaive : Final Fantasy XV

Pour moi, ce film d’animation en images de synthèse est indispensable pour comprendre tous les tenants et les aboutissants de l’histoire du jeu. C’est dans le film que vous allez comprendre pourquoi LunaFreiya est l’Oracle de Tenebrae mais aussi connaître les difficultés de concilier le rôle d’un Roi et de père.

En plus, c’est un bon film et techniquement quelle baffe !!! Malheureusement, l’action à l’écran est parfois un peu bordélique notamment dans le combat final.

Attention : Regardez bien après les écritures puisque le jeu reprend exactement à l’endroit où s’arrête cette scène 😉

Final Fantasy XV

J’ai aimé le scénario. J’ai dû passer par quasiment toute la palette de sentiments d’un être humain. Entre la tristesse, le rire et même l’ennui parfois, le jeu arrive même à jouer sur la corde sensible des nostalgiques des Final Fantasy. D’ailleurs, le jeu se lance sur cette phrase : « Un Final Fantasy pour les fans et ceux qui ne le sont pas ». Oui, il y a clairement des références aux anciens opus dont les plus flagrants pour moi ont été ceux de Final Fantasy VII et Final Fantasy X (les deux meilleurs selon moi)

FINAL FANTASY XV_20170129113618

Dans cette histoire, le seul véritable problème à mon avis concerne les trous scénaristiques volontaires pour laisser la place à des DLCs même si ils seront probablement de bonnes qualités. Ils sont tellement gros que j’ai eu l’impression d’avoir une histoire non seulement amputée mais de manière « salopée »  en plus. Sans spoiler, à plusieurs moments dans l’histoire, un de vos compagnons va quitter le groupe (pourquoi, comment, dans quel but je vous laisse le découvrir) et à son retour certains détails (voir même un gros détail vous handicapant dans la suite de votre aventure) ont changés. Lorsque votre héros l’interroge, le personnage en question lui répond qu’il ne s’est rien passé d’important. Bah si, j’ai la désagréable impression de manqué un pan de l’histoire pour de simples raisons mercantiles et je trouve ça dommage.

Graphismes

Je vais préciser tout de suite, j’ai joué sur ma PS4Pro (non non je ne suis pas un bourgeois ^^) mais je n’ai pas fait de comparatif. Je laisse ce genre de chose aux technophiles dont vous pourrez trouver des vidéos sur youtube.

Le jeu est très beau mais c’est très relatif surtout après avoir joué à Horizon Zero Dawn ^^. Le monde d’Eos est vaste voir même très vaste et visiter les différents endroits se révèle extrêmement agréable à l’œil. Après avoir passé plus d’une centaine d’heures de jeu, je reste ébahi par la cohérence de ce monde. Dans la plupart des jeux à monde ouverts comme WatchDogs ou GTA, on reste souvent cantonné (non pas le riz ^^) à un endroit et à ses alentours. Les développeurs de cet opus Final Fantasy ont construit un véritable monde cohérent avec des villes construites en fonction des décors et non l’inverse comme la ville d’Altissia (qui ressemble beaucoup à Venise), une ville construite au dessus d’un lac géant avec de nombreux canaux pour traverser la ville. Je pourrais aussi prendre l’exemple de Lestallum qui est niché à flan de montagne et où l’on doit traverser un tunnel pour y accéder. Lorsque vous sortez des villes, vous vous retrouvez au milieu de la nature, la vraie dans toute sa diversité. Vous avez des zones complètement désertiques, des zones marécageuses ou encore des forêts luxuriantes. Vous traversez ces zones de manière très naturelle en passant par exemple d’une zone aride à une zone nautique mais en passant par  des décors de plus en plus remplis de végétations. Le résultat de ce monde crée de toutes pièces est incroyablement immersif.

FINAL FANTASY XV_20170128180755

Pour être totalement honnête, si on s’attarde un peu plus sur les détails, on peut s’apercevoir que les textures sont parfois assez grossières et sans effets. Mais ce détail ne remet absolument en cause la qualité globale du jeu.

L’autre point visuel qui m’a franchement impressionné, c’est la taille de certains monstres (oui je sais pour les femmes, la taille n’a pas d’importance même si dans les faits je pense que … ^^) que l’on doit abattre ou pas puisque tous les animaux ne sont pas dangereux si on ne les attaque pas. Il m’arrivait même de mettre entre parenthèse ma quête pour juste aller regarder les diplodocus (je ne connais leur véritable nom dans le jeu) se desaltérer autour d’un lac. Parfois, vous visitez un endroit avec un nid énorme et vous vous attendez à ce qu’un oiseau géant arrive mais non. A ce moment, vous ressentez une certaine crainte d’avancer surtout si vous êtes comme moi à court de potion ^^.

J’ai malheureusement trouvé que les animaux n’étaient pas assez nombreux. En effet, il y a des zones où il faut marcher un long moment avant d’en croiser un. Le résultat donne certes un monde cohérent mais parfois un peu trop vide. Autre défaut de la faune d’Eos : le manque de variété. J’ai parfois éprouvé une petite lassitude à croiser et abattre certains animaux notamment les pseudo loups que l’on croise dans quasiment toutes les zones. Si on met de côté les boss, il doit y avoir une petite quinzaine d’ennemis différents (robots compris). Clairement ça fait un peu juste à mon avis (Petite digression : le problème va aussi se poser pour Horizon Zero Dawn).

FINAL FANTASY XV_20170112105317

Les personnages que l’on doit à Tetsuya Nomura, personnellement que j’adore mais que d’autres n’aimeront jamais, sont pour les 4 héros magnifiquement modélisés. Seul les visages manquent de naturel et fait peut être un peu trop plastique mais franchement rien de dramatique. Je mettrais une mention spéciale aux vêtements. En effet, je les ai trouvé d’un réalisme incroyable. Cette texture imitant le cuir est parfaite vraiment et en plus ils flottent au gré des mouvements des personnages. Franchement, je n’avais jamais rien vu de tel dans un jeu vidéo.

Concernant les personnages secondaires, ils sont tous eux aussi très bien modélisés. J’ai apprécié voir les rides sur le visage de Cid et toutes les émotions que l’on ressent. Toutefois, je mettrais un bémol sur le personnage de Cindy. Même si c’est agréable à l’œil, sa tenue est un peu too much. Une femme mécanicienne ce n’est pas commun mais c’est franchement cool mais une mécano qui travaille avec un décolleté jusqu’au nombril, soutien-gorge plus qu’apparent et ultra mini-short, je trouve ça un peu limite. Remarquez, le jour où un garage a l’idée d’embaucher ce type de mécanicienne, il fera clairement fortune ^^.

Les autres personnages, ceux que l’on croise sans y prêter aucune attention, sont d’un niveau correct. Je n’ai pas noté de personnages identiques et c’est plutôt un bon point. Cependant, les personnages affichés à l’écran notamment dans les villes ne sont pas si nombreux. Je pense que si on atteint une trentaine de personnages simultanément, c’est franchement Bizance (expression de vieux je sais ^^). On est loin d’Assassin’s Creed Unity par exemple (mais lui il avait beaucoup de doublons dans les personnages).

FINAL FANTASY XV_20170107153800

Je vais aussi parler de la Régalia comme un personnage à part entière. Vous connaissez tous ma passion pour les jeux de course et les voitures en général ^^. La Régalia fait partie intégrante de l’aventure. Vous allez passer presque la moitié du jeu à l’intérieur alors autant qu’elle soit sympa. Cette voiture, vous pouvez la customiser sur de nombreux détails qui seront parfois gadgets comme le changement de la couleur de la carrosserie, de la sellerie ou encore des jantes mais parfois vraiment très utiles comme les phares plus puissants pour pouvoir rouler la nuit sans que les monstres viennent vous barrer la route ou l’option vous permettant de ne plus vous arrêter à la station essence. Vous pourrez même vers la fin de la l’aventure ajouter une option voiture volante. Bien évidemment, les options gadgets sont disponibles gratuitement auprès de Cindy et les options les plus intéressantes sont à trouver au cours de quêtes spécifiques et parfois assez tendues. Enfin, vous avez la possibilité d’acheter les musiques de tous les Final Fantasy (ah les musiques de FFVII et FFX).

Dans les jeux à monde ouvert, tout le monde connaît maintenant la Franch Touch (et tous ses bugs) magistralement incarnée par Ubisoft et ce n’est pas Chris qui me contredira avec le dernier Ghost Recon. Franchement FFXV est un digne représentant de la Japanese Touch. Le jeu est livré bien fini et surtout avec très peu de bugs. Les seuls petits soucis que j’ai rencontré se situe au niveau de la gestion de la caméra qui s’affole lors des combats avec plusieurs monstres simultanément. Aaaah si tous les jeux pouvaient sortir avec ce niveau de qualité …

Gameplay

Concernant le gameplay, je dirais qu’il y a du positif voir du très positif mais qui est souvent contrebalancé avec du moins bon.

La première chose que l’on remarque c’est la liberté de se balader dans ce vaste monde sans quasiment aucune contrainte. En fait, vous avez la même liberté que dans un GTA excepté les cascades en voiture. Cette liberté est une nouveauté très appréciable dans un Final Fantasy. Je sens certains en train de ruminer en lisant ça. Oui dans les plus anciens FF, on était libre d’aller où on voulait mais pas de cette manière. Je souhaite leur rappeler que la liberté de mouvement était uniquement sur la mappemonde et non dans le jeu puisque même dans le mythique FFVII il s’agissait de couloir dans les phases de gameplay. Cependant comme je le disais en préambule de cette section, il y a toujours un point négatif. Dans ce cas, il s’agit de la conduite de la Régalia. C’est une conduite automatique même lorsque que vous choisissez manuelle. Je m’explique. Vous ne pourrez à aucun moment quitter la route pour couper à travers champs. Vous pouvez laisser tranquille le stick gauche, la voiture tournera toute seule dans les virages. Vous pouvez rester appuyer sur l’accélérateur, la voiture freinera à l’approche d’un virage. En gros la liberté de mouvement lorsque vous êtes à pieds oui en voiture non. Je trouve ce point négatif vraiment dommageable puisque comme je l’ai dit un peu plus haut, vous passez la moitié de votre temps en voiture et par conséquent l’ennui arrive très vite.

FINAL FANTASY XV_20170102164718

La deuxième chose que je trouve très agréable, c’est le combat en temps réel. Fini le temps où l’on jouait au tour par tour, dans cet épisode vous réflexes seront mis à rude épreuve et à la fin c’est un réel plaisir voir même une satisfaction d’avoir terrassé une bête qui fait 4 ou 5 fois votre taille (et encore je ne prends pas la tortue géante). Comme toute nouveauté, il m’a fallu un véritable temps d’adaptation pour assimiler toutes les attaques (physiques et magiques) et on finit par vraiment progresser tout au long de l’aventure. Les différents sorts célébres (soin, résurrection etc…) de la saga ne sont plus disponibles de bases. Maintenant, il va vous falloir les créer à partir des sorts foudre, glace et feu cumulés à un objet soin ou vie. L’idée peut être sympa mais à titre personnel, je n’ai pas trouvé ce système très passionnant pour un résultat sur les monstres pas très satisfaisant. Résultat, je n’utilisais quasiment pas la magie. Ici, le point négatif c’est la caméra. Lorsque la taille des ennemis est raisonnable, elle panique un petit peu mais c’est gérable mais lorsque les monstres deviennent plus imposants (ou contre les ennemis volants) ou lorsque les combats se situent dans des espaces confinés, la caméra devient parfois totalement folle. Je profite de ce paragraphe lié à la partie combat pour signaler le bon comportement de vos 3 comparses durant les combats. Ils sont efficaces dans l’ensemble même si quelques défauts sont à signaler notamment pour vous soigner. Je me place à quelques centimètres de mon partenaire et il ne me calcule absolument pas et vous mourrez comme une bouse (pour rester poli évidemment ^^). Ce n’est pas dramatique mais lorsque vous êtes dans un combat sous tension et que vous êtes limite en queues de phenix, c’est compliqué de devoir recommencer le combat à cause de ça.

J’ai aussi envie de consacrer un paragraphe aux fameuses divinités. Tout d’abord, elles sont vraiment magnifiques visuellement parlant. Il y a des effets visuels impressionnants et surtout elles sont énormes ! Les dégâts causés sont la conséquence directe de ce gigantisme. Elles pulvérisent tout sur quelques kilomètres à la ronde. Malheureusement elles n’apparaissent que selon leur bon vouloir et surtout de manière aléatoire. Personnellement je trouve cela très dommageable puisqu’à certains on se retrouve dans des situations extrêmement périlleuses voire critiques et aucune apparition. Parfois, vous avez la situation en main, le boss est quasiment vaincu et boom la possibilité d’invoquer une divinité apparaît. Mais le souci ne s’arrête pas ici puisque les apparitions sont aléatoires donc lorsque vous invoquez une divinité, vous ne savez jamais laquelle ce sera. Du coup, certains ne verront pas toutes les invocations ou ne les verront que très tard dans le jeu. Et surtout, il y a même une invocation que vous ne pourrez plus supporter : Ramuh ! Elle apparaît beaucoup plus souvent que les autres. J’ai trouvé ce système vraiment frustrant.

FINAL FANTASY XV_20170113172943

Je souhaite aussi vous parler des quêtes annexes. Elles sont nombreuses et je les ai trouvées plutôt variées. Toutefois, elles deviennent lassantes au bout d’un moment puisque souvent on vous demande d’aller à un point précis faire une action, puis revenir. Quand le point se trouve pas très loin, c’est supportable mais lorsque vous devez traverser la moitié de la carte c’est très saoulant. En effet, si je devais faire une analogie, je les comparerais à de longs temps de chargement allant d’une à huit minutes. C’est simple, dans ces cas, je lançais des vidéos youtube pour faire passer le temps. Globalement, elles ne sont pas très passionnantes du moins pas comme celles de FFVII (oui encore mais pour moi c’est le meilleur), de FFX (ah le Blitzball  <3) où même de FFIX (et son jeu de cartes). Dans ce FFXV, sans être complètement exhaustif, vous trouverez :

·        Des quêtes chasses : Dans chaque restaurant des villes du jeu, le propriétaire vous demandera d’aller chasser un ou un troupeau de monstre terrorisant le village. Il vous donnera quelques gils en récompense. L’idée peut paraître cool mais elles n’apportent pas grand-chose puisque les monstres ne sont généralement pas très loin et ne vous font pas découvrir des zones inexplorées du jeu. La seule quête originale c’est celle avec la tortue géante (ceux qui ont fini le jeu me comprendront) mais l’abattre est une horreur et d’une platitude confondante.

·        Des quêtes concernant la Régalia : J’en ai déjà parlé un peu plus haut

·        Des quêtes pour aider certains personnages : Un chasseur vous demandera d’aller une plaque d’un chasseur mort pour la remettre à la famille, il y a aussi la scientifique qui vous demandera d’aller trouver quelques grenouilles spécifiques

FINAL FANTASY XV_20170112170434

·        La quête des 12 armes fantômes : Au début cette quête fait partie intégrante du scénario principal mais je ne sais pas pourquoi le scénario les a complètement zappées. Pourtant ces armes sont souvent dans des endroits parfois bien cachés et surtout assez spectaculaires visuellement. Par ailleurs la dernière arme se situe dans un donjon assez difficile.

·        Les quêtes personnelles : Chaque personnage de votre équipe possède un hobby qu’il vous appartient d’améliorer ou non. Pour Noctis c’est la pêche, Gladio c’est la marche, Prompto c’est la photo et Ignis c’est la cuisine. Ce n’est pas très compliqué mais surtout pas passionnant pour un sou.

Les trophées

Il y a 14 trophées qui sont liés aux chapitres du mode histoire et un quinzième lié à un évènement scénaristique d’ailleurs pensez à jouer au moins en difficulté normale pour éviter de louper ce dernier.

6 autres trophées sont liés au nombre de quêtes annexes réalisées donc mon conseil effectuez quelques quêtes dès le départ. Elles vous permettront d’avancer dans les 80 quêtes annexes nécessaires mais en plus de pouvoir gagner quelques gils (qui sont en général très vite dépensés au début de l’aventure) et quelques objets bien utiles pour votre équipement.

Il y a aussi 8 trophées liés aux quêtes personnelles dont atteindre le niveau maximal de chacune d’entre elles. Le plus pénible (mais pas difficile) reste à mon sens celui de la pêche avec Noctis.

Certains trophées ne vous demanderont pas grand-chose puisqu’il vous suffira de faire une action pour la première fois. Par exemple, utiliser la magie pour la première ou une éclipse tactique.

D’autres trophées vous demanderont une action bien précise comme monter à dos de chocobos, conduire en manuel la Régalia ou encore voler avec cette dernière. Bref, pas grand-chose de compliqué.

FINAL FANTASY XV_20170112144720

Seuls 2 trophées m’ont réellement posé des soucis. Il s’agit du « Dompteur de tortue », pour éviter tout spoiler, évitez lire ce qui va suivre …. Vous allez devoir tuer l’Adamankhetone. C’est une tortue avec une montagne énorme sur son dos. Avec la bonne méthode, elle n’est pas très compliquée à éradiquer mais elle est très mais alors trèèèèèèès longue à faire passer dans l’au-delà. J’ai du mettre une bonne heure et demie …

L’autre trophée un peu compliqué vous demande de récupérer toutes les armes fantômes. Seule le dernier donjon est tendu en fait. Tous les ennemis du jeu sont regroupés dans ce donjon et parfois 2 voir 3 gros ennemis sont présent dans la même pièce. Sans compter que si vous vous plantez de chemin, vous risquez de retomber sur ces mêmes monstres. Il vous faudra du courage et du temps pour arriver au bout de cette épreuve. Faites les quêtes annexes pour augmenter le niveau d’expérience et les attaques spéciales de tous vos personnages.

Globalement le platine n’est pas très compliqué mais vous demandera un certain engagement et de ténacité pour venir à bout des derniers trophées.

Mon avis

J’ai vécu une aventure assez incroyable malgré un scénario parfois tronqué pour des raisons purement mercantile. En effet, les DLC peuvent être cool lorsqu’ils apportent quelque chose en plus du jeu de base. Dans le cas présent, on ressent bien le côté je laisse une partie du scénario volontairement pour faire du DLC payant. Je trouve cette dernière solution assez détestable (et cela n’engage que mon avis personnel).

J’ai ressenti un paquet d’émotions relativement variées (de la tristesse, des rires, de la colère et même de la compassion). A ce niveau, je dirais qu’il rivalise assez facilement avec le mythique septième volet (vivement le remake). Les différents clins d’œil aux illustres prédécesseurs m’ont vraiment fait plaisir même si un en particuliers m’a fait pensé ah oui c’est super cool mais la scène est quasiment la même que l’original.

FINAL FANTASY XV_20170202180340

Vous ajoutez à cela une réalisation assez incroyable (même si Horizon Zero Dawn est passé par là depuis), il n’est pas passé loin d’être le meilleur FF ever.

Pourquoi je ne le classe pas 1er ?

Parce que malheureusement il a des petits défauts gênants surtout le manque de rythme parfois dans les phases intermédiaires du scénario, je pense notamment aux phases en voiture on ne nous offre pas la maîtrise de la conduite (trop d’assistanat tue l’assistanat). Le système de divinité m’a un peu déçu et encore une fois scénaristiquement, j’arrive à le comprendre mais j’ai trouvé que ca cassait un peu la magie FF un peu comme si on retirait les armes dans un Call of Duty.

Malgré tout, je classe cet opus sur la troisième marche de mon top 3 des Final Fantasy parce que le travail accompli, les nouveautés d’un monde ouvert et du système de combat m’ont vraiment mais alors vraiment fait kiffer comme dirait les djeuns. Pour moi, c’est le FF du renouveau de la saga.

NOTE : 16/20

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s