Test Project Cars

Project-CARS-Jaquette-PS4

 

Slighty Mad Studios est un studio anglais basé à Londres depuis 2009. En septembre 2009, le studio sort le Need for Speed : Shift. Un épisode de la célèbre série mais qui lui fait prendre un virage plus simulation. Fort de ce succès, le studio lance 2 ans plus tard  la suite avec un succès moindre. En 2012, c’est au tour d’une autre célèbre franchise, de passer dans les mains de ce studio avec la sortie de Test Drive : Ferrari Challenge Legends. En 2015, le studio lance pas moins de 2 jeux. Le premier est uniquement disponible gratuitement sur PC et se nomme World of Speed. Le second est bien sur Project Cars.

La production de Project Cars  est lancé en 2011 grâce au financement et en collaboration avec la communauté des joueurs de World Of Mass Development. Le projet a réuni 3,7 millions de dollars de dons. Avant de sortir le 7 mai 2015, Project Cars était initialement prévu pour le mois de novembre 2014 et retardé 3 fois.

1ère expérience

Je vais commencer par vous raconter mon expérience dès que j’ai mis le disque dans la console. Comme pour tous les jeux PS4, tout commence par une installation très rapide. Vient ensuite la cinématique en images de synthèse.

Cette vidéo est plutôt jolie et dynamique. Elle est très centrée sur les voitures. Même si cette vidéo est réussie, on reste très loin des standards des intros d’un Gran Turismo.

Project CARS_20150520201516

Project CARS_20150520201516

Une fois la cinématique terminée, on arrive sur l’écran titre du jeu qui vous emmène sur les menus du jeu. Lorsque l’on arrive sur ces menus, la première que j’ai faite a été de sursauter. En effet, une voix féminine sortant du haut-parleur de la manette. C’est une option que je trouve géniale mais qui est trop peu utilisée dans les jeux hormis dans les jeux made in Sony. Cette excellente est idée est un peu gâchée par le fait que la voix n’est disponible qu’en anglais. J’ai cherché un moyen de la mettre en français mais aucune possibilité disponible dans les options. Si un des représentants français de Namco Bandai pouvait en faire la demande, ca serait sympa ! Alors, j’arrive à comprendre quelques petites phrases simples mais pour les plus compliquées (notamment dans les menus), j’essaye de lire les sous titres. Oui j’ai bien dit essayer parce que les développeurs aurait pu faire l’effort de mettre une police un peu plus grosse.

Concernant ces menus, je les trouve pas très accueillants. Ils sont noirs avec juste le nom du menu. Quand je vois la concurrence notamment Driveclub, Project Cars a beaucoup de retard sur ce point. Le menu d’accueil est composé de deux pages que l’on peut sélectionner grâce aux touches R1 et L1. La première page est celle qui vous permet de jouer dans les différents modes de jeu.

  • Solo
    Dans ce mode pour participez à un week end de course. Cela comprends les séances d’essais, les séances de qualifications et enfin la course. Vous pouvez évidemment choisir une voiture parmi les 65 disponibles dans le jeu et le circuit parmi les 33 locations du jeu.
  • Réseau de pilote
    Dans ce mode, les développeurs mettent une course imposée avec une voiture elle aussi imposée avec toutes les aides réduites au strict minimum.
  • Course en ligne
    Affrontez des adversaires du monde entier
  • Carrière
    Vous allez passer beaucoup de temps dans ce mode. Vous allez avoir à faire des choix pour arriver à atteindre les sommets.
Project CARS_20150520201527

Project CARS_20150520201527

La seconde page se compose de 4 menus :

  • Options et aides
    Vous pouvez paramétrer les aides à la conduite mais aussi le niveau de difficulté.
  • Mon garage
    Ici vous allez retrouver toutes les voitures que vous avez piloté dans le mode carrière
  • Playstation Store
    Dans ce menu, vous pourrez acheter les futur DLC gratuits et payants

    Project CARS_20150516115238

    Project CARS_20150516115238

  • Mon profil
    Ce menu est assez important pour les chasseurs de trophées. C’est ici que vous allez avoir les informations sur tout ce que vous avez fait dans le jeu. Cela va des statistiques comme le temps passé sur le jeu, votre voiture et votre circuit préférés mais aussi le taux d’attachement à chaque catégorie de voiture. Vous pourrez aussi voir les différents badges que vous obtenu dans votre carrière.

1ère course en carrière

Evidemment, j’ai commencé par attaquer le mode carrière. Ma première course n’a pas été un cadeau et a même failli me faire abandonner le jeu. Tout d’abord, j’ai eu quasiment les pires conditions météorologiques du jeu (brouillard et pluie). Je tombe sur un tracé que je ne connais pas. Je commence la course en milieu de peloton (je n’ai pas eu la possibilité de participer à une qualification). Franchement, j’ai trouvé la conduite catastrophique. Résultat; j’ai passé pas mal de temps pour régler mon gros problème de sous virage et de freinage.  Mon problème de freinage était le plus facile à régler en mettant la répartition plus vers l’avant. Mon problème de sous virage a été plus long car vraiment très spécifique. Ceux qui ont le même souci, je leur conseille de baisser la pression des pneus avants pour avoir plus de grip et légèrement baisser les pneus arrières pour garder une voiture équilibrée. Même avec ces réglages, il y avait quelque chose qui ne fonctionnait pas. J’ai finit par trouver que mon problème était la vue externe. Je trouve cette vue très imprécise et j’ai opté pour la vue capot. Du coup, cette course est devenue beaucoup plus simple ensuite.

La course en elle même est sympa. En partant en milieu de peloton, on bataille pas mal pour arriver à la première place. C’est plutôt grisant et valorisant lorsque l’on arrive sur la plus haute marche du podium à la fin de la course. Votre ingénieur de course vous donne des informations sur votre course via le haut parleur de la DualShock 4, ca donne un sentiment d’immersion vraiment réussie. Malheureusement, les infos sont données en anglais certes basique pour les habitués des jeux de course, un peu moins pour les novices.

Project CARS_20150505180558

Project CARS_20150505180558

Cette course était une invitation d’un partenaire. Ma carrière j’ai décidé, comme pour beaucoup de pilote réels, de la commencer en championnat de Kart. Pas de chance c’est la pire catégorie que j’ai eu à piloter dans le jeu et pourtant je commence à avoir du kilométrage au compteur sur ce jeu. La conduite est beaucoup trop vive (à la manette tout du moins). Du coup, les prises de trajectoires dans les virages sont extrêmement difficiles voir carrément impossibles. Le Kart vire quasiment à 90° à chaque mouvement sur le stick gauche et comme la vitesse du kart est élevée, le pilotage devient assez injouable. Mais les problèmes ne s’arrêtent pas là. Le problème que je comprends le moins c’est l’inertie très (trop) importante. J’ai deux exemples à vous expliquer. Le premier est dès le début de la session. Il y a une énorme inertie du kart, tellement énorme que lorsque vous êtes dans une ligne et que vous indiquez une direction vous avez le kart qui change de direction (logique me direz vous) mais alors que vous avez relâché le stick le kart continue de changer de direction. Ce problème très gênant mais il s’atténue légèrement tout au long de la course. Mais ce problème est pénible sur les virages rapides droite-gauche ou gauche-droite. Dans ce cas, vous devez indiqué une direction et vous devez quasiment aussitôt donné une direction opposée mais l’inertie fait que la première direction fait que le changement de direction pour prendre le second très difficile. En bref, c’est une catastrophe le pilotage du kart.

Le mode carrière fonctionne par saison. Donc après ma première saison en Kart, j’ai reçu des propositions de contrat pour une saison en catégorie Surper Kart. Cette catégorie n’est pas très différente de la catégorie inférieure juste plus puissante avec tous les inconvénients.

Project CARS_20150514154652

Project CARS_20150514154652

Durant cette deuxième saison, j’ai reçu une invitation pour la célèbre course d’endurance des 24 heures du Mans en catégorie LMP2. La catégorie LMP2 est une catégorie prototype juste en dessous niveau puissance de la rolls des courses d’endurance, la LMP1. Pour vous mettre dans l’ambiance, vous allez devoir passer par les séances d’essais et les séances de qualifications (vous pourrez les écourter à tout moment). Le premier qui m’a surpris, c’est le départ. Dans la réalité, le départ se fait lancé et dans ma course le départ était arrêté. Ce n’est pas très grave dans l’absolu mais pour un jeu qui se prétend être la simulation automobile ultime ça la fout un peu mal …

Alors c’est parti pour 2 heures d’une course que j’ai trouvé palpitante à tous les niveaux. Vous êtes à ce moment au milieu de l’après midi au milieu de nombreux concurrents dans différentes catégories (LMP1, LMP2 et GT3). Au fil des tours la luminosité diminue et 20 minutes après le début de la course, vous commencez à récupérer les premiers retardataires peu avant le début de la nuit. Quand la nuit est arrivée je me suis retrouvé sans phares avant pour m’éclairer (est ce un bug ?). Vous imaginez sans doute ma course en pleine nuit noire sans phare. La seule aide était juste la trajectoire indiquée à l’écran. Du coup, la moindre source de lumière (phares des retardataires, les bâtiments ou encore le très peu nombre de lampadaires). Je peux vous dire que dans ces conditions j’ai trouvé la nuit très longue. Arrive enfin le matin avec la brume qui va bien. La brume s’efface au fur et à mesure que le temps avance et laisse sa place au soleil qui éclaire légèrement jusqu’à atteindre son zenith. Viens enfin l’arrivée et l’immense plaisir d’avoir gagné.

Ma troisième saison s’est déroulée en catégorie GT3. Ma MP4-12C GT3 tient incroyablement bien la route et c’est un véritable plaisir de la piloter dans le championnat américain et européen.

J’ai signé un contrat LMP2 pour ma quatrième saison. Les courses du championnat LMP2 ont un format différent dans l’idée mais pas tant que ça dans les faits. Cette catégorie est un championnat d’endurance donc les courses n’ont pas un nombre de tours mais un temps. Il y a aussi 2 courses. La première est une course de 3 minutes ce qui correspond en général à 2 tours. La deuxième est de 4 minutes soit l’équivalent de 3 tours (2 si vous rusez un peu).

A la fin de ma quatrième saison, j’ai reçu une proposition pour pour participer au championnat LMP1. Le principe des courses est le même que pour la LMP2. Cependant, vous participez à 2 championnats différents. Le premier est au choix le championnat américain ou le championnat européen. Le deuxième est le championnat du monde. Dans mon cas, j’ai opté pour le championnat européen que j’ai remporté. J’ai aussi remporté le championnat du monde ce qui me rapporta 2 trophées en Or.

Pour ma sixième saison, j’ai renouvelé mon contrat LMP1 pour obtenir le trophée bronze « garder sa couronne ».

Pour ceux que ça intéresse, je mettrais la suite de ma carrière au fur et à mesure que j’avancerais 😉

Et si je parlais un peu de technique

Après vous avoir raconté un petit mon expérience (dont vous n’avez peut être rien faire ^^), je vais revenir un petit avis plus classique

Project CARS_20150517172657

Project CARS_20150517172657

Contenu

Il y a 30 lieux différents que je vais énuméré en les classant par catégorie ainsi que noter les différentes variantes de ces pistes

  • Pistes réelles
    • Barcelone avec 3 variantes : Grand Prix (F1), Club, National
    • Vieux Nurburgring avec 4 variantes : Nordschleife, Stage 1, Stage 2 et Stage 3
    • Nurburgring avec 4 variantes : Grand Prix (F1), Muellenbach, Sprint, Sprint Short
    • Cadwell Park avec 3 variantes : Grand Prix, Club, Woodland
    • Spa Francorchamps avec 1 variante : Grand Prix
    • Sonoma Raceway avec 3 variantes : Grand Prix, National, Short
    • Brno avec 1 variante : Grand Prix
    • Willow Springs avec 2 variantes : International Raceway, Horse Thieve Mile
    • Le Mans avec 2 variantes : 24H et Bugatti
    • Laguna Seca avec 1 variante : Grand Prix
    • Donington avec 2 variantes : Grand Prix et National
    • Snetterton avec 3 variantes : 100, 200 et 300
    • Mount Panorama avec 1 variante : Grand Prix
    • Oulton Park avec 3 variantes : Fosters, International, Islands
    • Road America avec 1 variante : Grand Prix
    • Warkins Glenn avec 2 variantes : Grand Prix, Short
    • Brands Hatch avec 2 variantes : Grand Prix, Indy
    • Dubai Autodrome avec 5 variantes : Grand Prix, Kart, National, International, Club
    • Hockenheim avec 3 variantes : Grand Prix, National, Short
    • Imola avec 1 variante : Grand Prix
    • Monza avec 2 variantes : Grand Prix, Short
    • Oschersleben avec 2 variantes : Grand Prix, Indy
    • Silverstone avec 4 variantes : Grand Prix, National, International, Stowe
    • Zolder avec 1 variante : Grand Prix
  • Course d’un point A vers un point B
    • Côte d’Azur avec 5 variantes : Eastbound, Westbound, Stage 1, Stage 2, Stage 3
    • California Highway avec 5 variantes : Northbound, Southbound, Stage 1, Stage 2, Stage 3
  • Piste de Kart
    • Chesterfield avec 1 variante : Grand Prix
    • Greenwood avec 1 variante : Grand Prix
    • Glencairn avec 6 variantes : Grand Prix, Reverse, East, East Reverse, West, West Reverse
  • Tracé imaginaire
    • Circuit Azure est le tracé du célèbre grand prix de F1 de Monaco
    • Sakitto est le tracé du célèbre circuit de Suzuka au Japon
Project CARS_20150531135448

Project CARS_20150531135448

Il y a un total de 65 voitures disponibles. Personnellement, c’est pour moi pas suffisant surtout qu’il manque de nombreuses marques comme Ferrari, Lamborghini, Nissan, Corvette etc… Une voiture gratuite est disponible sur le playstation store. Il s’agit de la Lycan Hypersport. Toutes les voitures sont réparties en différentes catégories :

  • LMP1 : Véhicule prototype pour la course des 24 heures du Mans et les courses d’endurance en général
  • LMP2 : C’est une catégorie moins puissante que la LMP1
  • GT3 : Catégorie regroupant des supercars en version piste
  • GT4 : C’est une catégorie moins puissante que la GT3
  • Supercars : Véhicules de sport de série comme l’Audi R8
  • Sportives : Véhicules de série mais ayant passé par la case Sport du constructeur comme Mégane RS
  • Formula A : Il s’agit des Formule 1 du jeu
  • Formula C : C’est l’équivalent de la Formule 3
  • SuperKart
  • Kart

Je me rappelle du scandale sur le nombre peu élevé de voitures présentes dans Forza 5. Étonnamment, pour Project Cars c’est un peu passé comme une lettre à la Poste. Est ce que ce jeu jouit une d’une certaine immunité des gamers ?

 Graphismes

Visuellement, le jeu est très beau mais il est sans aucun doute possible moins beau qu’un Driveclub à tous les niveaux. On sent que le jeu a été développé sur PC puis adapté sur notre chère PS4. Pour vous en convaincre voici une petite vidéo comparative trouvée sur youtube

J’ai pas mal de circuits que je trouve magnifiques comme Brno ou Le Mans mais il y a quelques détails qui gênent un peu. Par exemple, ma texture de la piste est une texture relativement simple. Dans Ride, on peut voir un bitume craquelé et une texture en haute définition.  Autre souci avec le bitume de Project Cars, c’est les aspérités de la route. Lorsque je conduisais ma GT3, il arrivait que le châssis frappait la route dû à des petites bosses non visibles sur la piste. Une autre chose m’a un peu surpris pour une simulation nouvelle génération. Lorsqu’un pilote freine un peu trop fort, il est censé laisser les marques de son freinage sur la piste. Lorsqu’un pilote sort un peu large de la piste, il est censé laisser des traces dans le bac à sable. Pour moi, le passage à la nouvelle génération pour les jeux de course devait apporter ce genre de détails réaliste. Soit j’ai été un peu optimiste voir naïf soit il va falloir encore attendre un peu …

Comme je joue avec la vue capot, j’ai un bon aperçu sur les reflets des décors sur la carrosserie. Le résultat est vraiment bluffant. Même si quelques détails me font poser des questions. Par exemple, sur le circuit de Zolder, j’avais l’impression (peut être à tort) d’avoir un léger décalage entre les éoliennes présentes dans le décor et le reflets de celles-ci sur la carrosserie.

La gestion visuelle des dégâts est spectaculaire mais comme vous pouvez le voir dans la vidéo comparative, ce ne sont pas des dégâts localisés. Alors pour moi ce n’est pas très important car le but d’un jeu de course c’est la victoire et non pas jouer au stock car mais quitte à faire des dégâts autant qu’ils soient réalistes.

Les ralentis des courses ne sont pas au niveau d’une console PS4. J’irai même à dire que ces ralentis pourraient tourner sur une PS3 vu ce qu’arrive à faire un Gran Turismo 6. Je veux bien comprendre que Slighty Mad Studios voulait faire des ralentis à la Polyphony Digital mais c’est un essai franchement loupé à tous les niveaux. En plus, il y a un léger effet de flou lors de ces retransmissions comme vous pouvez le constater sur cette photo.

Project CARS_20150530162525

Project CARS_20150530162525

Graphiquement, il y a une chose qui m’a laissé sur le postérieur. Il s’agit des effets de lumière. Le soleil émet sa luminosité de différentes manières selon le moment de la journée. Par exemple, au petit matin, les rayons de soleil vont être filtrés par la brume. Au crépuscule, les rayons deviennent plus chauds et ocres. Le résultat est que tout le circuit change en fonction du moment de la journée.

Gameplay

Comme j’en ai déjà parlé au début de cet avis, Project Cars est une simulation automobile avec tous les avantages et les inconvénients qui vont avec. Cependant, j’ai trouvé que la gestion des transferts de masse n’était pas ressentie au niveau pilotage.

Les conditions météorologiques

Project CARS_20150519184328

Project CARS_20150519184328

Il y a différents types de conditions météos et toutes ont des variations de puissance

  • Beau temps : on peut distinguer plusieurs moment de la journée comme le petit matin et ses rayons traversant la brume, le crépuscule et lumières chaudes qui vous éblouissent. Certains effets de lumière peuvent être un peu gênant pour les prises de trajectoire mais rien de bien compliqué
  • Nuageux : Il n’y a aucune conséquence sur la conduite
  • Brouillard : Cela peut aller de la légère brume à la purée de pois. Au niveau des réactions de la voiture, il n’y a pas vraiment de différence avec le beau temps. Par contre, pour le pilotage, le brouillard à son maximum vous oblige à anticiper les virages
  • Pluie : Cela va du crachin à l’orage avec éclair. Dans ces conditions extrêmes, la conduite est un peu plus technique. Les distances de freinage sont allongéés, l’accélération doit être dosée de manière précise, les prises de trajectoire plus fluides.
  • Nuit : Cela va de la tombée de la nuit à la nuit noire. Comme pour le brouillard, la nuit ne change pas le comportement du véhicule mais plus votre sens de l’anticipation.
MPVOIK957X3AAA1WA

MPVOIK957X3AAA1WA

MPVOIL257X3AAA1WA

MPVOIL257X3AAA1WA

Certaines de ces conditions météorologiques peuvent se combiner comme la nuit et la pluie ou le brouillard et la pluie.  Ce qui est génial c’est que les conditions climatiques évoluent en fonction de la course. Dans les courses d’endurance, ces changements évitent que l’on s’ennuie. Côté réalisation, je m’attendais quand même à mieux (surtout après un Driveclub et oui encore lui ^^).

Réglementation

Même si Project Cars est une simulation et essaie de suivre les réglements des différentes fédérations automobiles, mais j’ai noté des aberrations.

  • Drapeaux : Je n’ai eu que le drapeau bleu pour signaler en qualification qu’un véhicule plus rapide était derrière. Mais les drapeaux ne s’appliquent qu’à vous puisque lorsque je suis derrière un véhicule plus lent, il ne me laisse pas la place alors que je suis dans un tour lancé.
  • Système de pénalité : Lorsque vous mettez vos quatre roues hors de la piste, votre tour chronométré est annulé. Je peux le comprendre lorsque vous essayez de couper un virage pour gagner du temps mais lorsque vous avez été un optimiste et que vous sortez un peu large la sanction est la même. Ca fait clairement rager, puisqu’en général, une sortie un peu large vous fait perdre du temps.
  • Feux : Sous la pluie, le règlement (mais aussi le bon sens) impose aux concurrents d’avoir les feux avants et arrières allumés. Dans Project Cars, les feux sont éteints et cause évidemment des accidents surtout au départ.

Ambiance sonore

Pour moi, c’est le plus gros point fort du jeu même si tout n’est pas parfait. Comme je l’ai déjà signalé, avoir la voix de votre ingénieur de piste dans le haut-parleur de la manette est une idée géniale et immersive. A l’intérieur du véhicule, vous entendez le moindre bruit. Cela va du son du moteur qui est plus ou moins fort en fonction du type de véhicule. En plus du moteur, vous entendrez les bruits de châssis tapant sur le bitume, les claquements de la boite de vitesse et parfois le bruit du turbo assez facilement reconnaissable. Pour moi, Project Cars est le meilleur jeu niveau ambiance même si je lui reprocherais de ne pas avoir la même qualité à l’extérieur du véhicule. Il y a des spectateurs dans les tribunes mais excepté bouger quelques drapeaux de temps en temps, c’est vraiment creux. Pendant les retransmissions des courses de F1 sur le circuit de Hockenheim, on entendait les clameurs du public lorsque les bolides rentraient dans le stadium. Quid des fumigènes de Monza ? J’espère qu’il y aura des améliorations sur le deuxième épisode.

MPVOIHT37X3AAA1WA

MPVOIHT37X3AAA1WA

Intelligence Artificielle

Autant l’ambiance est le point fort du jeu, autant l’IA en est vraiment le point faible. Si vous commencez en fin de grille de départ, vous verrez des réactions surprenantes avec des déboîtements sans aucun raison et sans s’occuper si vous êtes à côté ou derrière. Les retardataires vous ignorent complètement. En résumé, c’est une vraie catastrophe ! Etonnament, l’IA d’un certain Gran Turismo 5 avait causé beaucoup plus de remous alors qu’elle est supérieure à Project Cars. Peut être que cela rapportait des clics de critiquer GT ou peut être que Project Cars est protégé par la hype…

Les courses en ligne

Le mode en ligne fonctionne plutôt bien techniquement. Il n’y a aucun lag. Les connexions aux différentes parties publiques sont faciles. Je n’ai eu aucun refus de connexion ce qui arrive de temps en temps sur des jeux comme MXGP. Le seul souci, c’est les joueurs. Il y a vraiment des emmerdeurs. Entre ceux qui restent sans bouger sur la grille de départ, ceux qui vous défoncent au départ, ceux qui cherchent à vous mettre dehors sans chercher à vous doubler, ceux qui ont une connexion pourrie et enfin les américains (ils regroupent à peu près tous ces défauts en même temps), il y a des boulets à vraiment éviter. C’est dommage. Il s’agit d’une simulation de course et non de stock cars. Ce n’est pas Project Cars qui va me réconcilier avec les courses en ligne …

Les trophées

Project CARS_20150522180242

Project CARS_20150522180242

Les trophées ne sont pas très compliqués à obtenir dans le mode solo. En ce qui concerne les trophées en ligne cela se complique. Certains trophées ne vont être débloqué que par un très petit nombre comme le trophée « je suis dans les 5% » où vous devez gagner une course publique en ligne avec la conduite pro, vitesse manuelle, sans assistance, en vue cockpit. Donc pour moi, le platine risque d’être difficile à obtenir pour beaucoup de monde.

Achat nécessaire ?

Project Cars est un super jeu de course faite pour ceux qui aiment la conduite réaliste mais pas seulement il peut aussi intéresser des personnes qui joue de manière épisodique aux jeux de simulation. Comme les PES à l’époque, il y a une courbe d’apprentissage nécessaire pour prendre du plaisir. J’ai trouvé que le mode carrière commençait à devenir un peu répétitif au milieu de la troisième saison. Je reçois les mêmes invitations depuis 3 saisons et donc les courses deviennent répétitives.

J’aime vraiment bien ce Project Cars avec ses nombreuses qualités mais il a aussi quelques défauts qui gâchent un peu l’énorme plaisir procuré. Je pense qu’il y aurait besoin d’un petit patch pour améliorer quelques points.

Est ce que je conseille ce jeu ? Ma réponse est OUI

NOTE : 15/20

Publicités

5 réflexions sur “Test Project Cars

  1. Merci pour cet article 🙂 , étant chasseur de trophée , je prendrai ce jeu juste pour avoir un jeu de caisse 🙂 , en tout très bien écrit !!!!!!

    J'aime

  2. Bon test! J’ai aussi ce jeu, je suis d accord avec tes commentaires sauf pour le nombre de voitures que je trouve suffisant et diversifié. Le dernier patch a améliorer certains points par contre je pense qu un volant apporte plus de sensations, je joue avec la manette et il y a un certain manque de ressenti. Le jeu reste quand même un must sur la PS4 pour les amateurs de jeux de courses.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s